Bien choisir son kot

Conseils pour la recherche d’un kot d’étudiant

Pensez à rechercher votre kot bien à l’avance

La plupart des logements d’étudiants sont déjà loués à partir du mois de mai ou du mois de juin. Plus vous vous y prendrez tôt plus vous pourrez comparer un large choix de flats, appartements, chambres ou colocations. Vous vous familiariserez alors avec les variations de prix et vous pourrez dénicher la bonne affaire, le bon quartier et les colocataires qui partagent vos horaires et vos centres d’intérêt.

Visitez votre kot

Il est important de se faire une idée très précise du kot que vous allez louer. Lors de cette visite, faites attention aux éventuelles imperfections : tâches d’humidité, sécurité de l’installation électrique, propreté des sanitaires, état des châssis, …. Si le kot est en rénovation, demandez de prévoir une clause d’annulation du bail liée à l’achèvement des travaux. Nous vous conseillons aussi de vous faire accompagner de vos parents ou d’un ami pour cette visite. En effet il est beaucoup plus facile d’observer efficacement les détails lorsque l’on est à plusieurs.

Comparez les loyers

Les loyers peuvent fortement varier d’un kot à l’autre. Bien sûr avant tout en fonction de la ville mais aussi en fonction de la proximité avec l’établissement fréquenté, de la disponibilité de transports en commun, du comfort proposé, de la superficie, des zones privatives ou communes. Les loyers peuvent varier entre 180 et 350 euros mais il n’y a pas vraiment de limite supérieure bien sûr.

Choisissez la quiétude

Préférez un quartier calme où vous pourrez étudier sans être dérangé par les bruits alentours. Vous pourrez alors décider du moment qui vous convient le mieux pour réviser, que ce soit la journée ou la nuit. Rien ne vous empêchera de faire la fête mais lorsque l’heure sera à l’étude vous serez au calme.

Pensez aux désistements

Après la seconde session (et même déjà après la première) de nombreux kots se libèrent subitement. Il est alors plus facile de trouver un logement de qualité. Ces périodes sont très stratégiques pour une bonne recherche.

Analysez bien votre bail

Il faut toujours être vigilant avant de signer un bail locatif. Les agences immobilières disposent en général de contrats standards qui vous garantiront un bail équitable. Ce n’est en aucun cas à l’étudiant de payer les frais d’agence, mais bien au propriétaire. Si le contrat est conclu directement avec le propriétaire il est depuis 2007 obligatoire de le faire enregistrer. Ceci est à charge du propriétaire.

Signez un bail court

Les kots se louent généralement grâce à un bail dit « court » dont la durée est de 10 mois. Il n’est normalement pas dans votre avantage de signer un bail normal de neuf ans, puisqu’en cas de départ vous devrez payer un dédit allant jusqu’à 3 mois. La loi autorise donc les baux d’un an puisque le kot n’est généralement pas destiné à devenir votre résidence principale.

Faites très attention aux charges supplémentaires

Un loyer de kot ne contient pas toujours les charges supplémentaires dont vous devrez vous acquitter. Celles-ci peuvent être calculées par provision (montant payé d’avance et adapté en fonction de la consommation finale) ou par forfait (montant fixe à payer chaque mois en plus du loyer). Lors de charges par provision un décompte clair doit vous être adressé justifiant de l’éventuelle adaptation à la hausse ou à la baisse – en général chaque année. Le bailleur peut indexer le bail chaque année mais ne peut en aucun cas indexer automatiquement les charges, qu’elles soient par provision ou par forfait.

Prévoyez la garantie locative

Une garantie locative vous sera certainement demandée. Celle-ci sert à couvrir les éventuels dégâts que vous pourriez causer au bien loué pendant votre bail. Le montant de la garantie locative s’élève généralement à trois mois de loyer (hors charges). Il ne faut pas donner cette garantie en cash mais bien la déposer sur un compte spécial prévu à cet effet et bloqué avec les signatures du bailleur et du locataire.

%d blogueurs aiment cette page :